4 idées reçues sur le BIM

Après une introduction générale sur le BIM, je vous ai entretenu sur les raisons pour lesquelles vous devriez passer au BIM, en brossant quelques avantages de cette nouvelle méthodologie sur la pratique de votre métier.

Malgré ces avantages, beaucoup de professionnels hésitent toujours à sauter le pas. La faute selon moi à des idées reçues, des mythes courants autour du BIM qui ralentissent son adoption. Des idées reçues que j’avais moi-même avant de m’intéresser au BIM.

J’en ai relevé quelques-unes que je vous invite à découvrir tout au long de cet article.


Le BIM n’est pas un logiciel ou de la 3D


J’ai longtemps pensé que le BIM était un « logiciel » et que je faisais du BIM dès le moment où je maitrisais Revit.

Ce n’est absolument pas le cas.

Le BIM n’est pas un logiciel, mais un processus qui repose sur un logiciel.

Le BIM ne consiste pas seulement à représenter visuellement les caractéristiques physiques et fonctionnelles d’un bâtiment. Cela fait certes partie du BIM mais ce n’est qu’une des nombreuses facettes du BIM.

Beaucoup de gens pensent que le BIM se réduit simplement à une conception en trois dimensions d’un bâtiment, alors que le but du BIM est de produire une base de données autour de laquelle tous les professionnels du BTP impliqués dans la construction peuvent travailler en collaboration.

Le BIM aide à produire des ensembles de données numériques qui sont à la fois des informations graphiques et non graphiques.

On va bien au delà de la simple modélisation en 3D du bâtiment.

Passer au BIM, c’est revoir votre façon de concevoir mais aussi, et peut-être plus important encore, vos méthodes de travail.

Le BIM ne se résume pas à la maitrise de la partie logicielle. Certes, le logiciel est le cœur technologique du BIM, mais il ne représente qu’une partie du système.

L’autre partie concerne surtout l’apprentissage des nouvelles pratiques de travail relatives à la collaboration et à la coordination, cœur même du processus BIM.


Le BIM coûte cher


Crédits photos : Omid Armin.

La plupart des gens résistent à la mise en œuvre du BIM parce qu’ils estiment que c’est une affaire coûteuse.

Ce n’est pas tout à fait faux, mais je pense que la question qui doit peser dans une prise de décision, ce n’est pas « est-ce cher? » mais « est-ce rentable? ».

En somme, y a-t-il un retour sur investissement avec l’adoption du BIM.

La réponse est un grand oui ! 

Il y a sans aucun doute des coûts initiaux lorsque nous adaptons tout type de changements dans les processus de travail, mais ceux-ci sont contrecarrés par une efficacité à long terme et des bénéfices engrangés.

L’efficacité du BIM repose sur la représentation de données précises.

Il est crucial de réaliser que l’efficacité des processus réduit également le risque global et permet d’économiser beaucoup d’argent.

Je vous invite à consulter l’article sur les avantages du BIM pour en savoir un peu plus.


Le BIM, c’est pour les grands projets


Crédits Photo : Marc Olivier Jodoin

Une autre idée reçue est que le BIM est réservé aux grands projets. Mais ce n’est pas tout à fait correct.

Les grands projets sont en effet plus complexes et chronophages et tirent donc naturellement plus d’avantage d’un processus BIM.

Cependant, les problèmes dans chaque projet tendent à rester les mêmes, quelle que soit leur taille.

Le BIM augmente l’efficacité du calcul des coûts de conception et permet de gagner du temps sur l’estimation et l’évaluation du coût du projet. Quelle que soit la taille du projet, de l’entreprise ou qu’il s’agisse de projets publics ou privés, quelle que soit la taille, le BIM apporte une valeur ajoutée.

Mais le meilleur conseil, à mon avis, est celui donné dans « le BIM pour les nuls« . Dans ce livre, les auteurs proposent de déterminer la manière dont vous aborderiez le projet si vous utilisez les méthodes traditionnelles et de comparer avec le recours exclusif aux données numériques et plateformes coordonnées du BIM.

« Si vous envisagez d’agrandir une maison, par exemple, vous ne mettrez pas en œuvre un BIM complet mais vous pourrez tout de même améliorer les échanges d’informations avec les autres membres de l’équipe. Alors que dans certains projets, le recours au BIM s’impose pour que toute l’équipe soit pleinement engagée »


Le BIM nécessite une nouvelle équipe


Beaucoup pensent que la mise en œuvre du BIM ne peut avoir lieu qu’avec un nouvel ensemble de compétences/une nouvelle équipe.

Ce qui n’est tout simplement pas vrai.

L’équipe existante peut être formée à la mise en œuvre du BIM. Les gens hésitent parce qu’ils pensent que le BIM a de nombreux résultats positifs, mais que la mise en œuvre est difficile, ce qui n’est pas vrai.

Les entreprises qui réussissent ont mis en œuvre le BIM en formant leurs chefs de projet, ingénieurs et membres d’équipe existants à intégrer le BIM dans leur mode de travail actuel. Le BIM, en fait, aide en rationalisant le flux de travail du projet.

Le tout est de se faire accompagner par une entreprise comme ManandMachine qui peut vous aider dans ce sens.

Voici d’ailleurs comment ils ont accompagné une agence d’architecture dans leur passage au BIM.


Pour toute entreprise, il est très important de prendre conscience de ces idées fausses sur la mise en œuvre du BIM. Face à tout type de changement dans l’environnement de travail, il est naturel d’avoir quelques hésitations. Mais le BIM présente tant nombreux avantages qui l’emportent sur ses inconvénients qu’il est important de sauter le pas.

C’est tout pour ce second article de la série BIM. J’espère qu’il vous a aidé à démystifier le BIM.

Abonnez-vous à la newsletter pour être tenu informé de la parution des prochains articles. 

A très bientôt sur Archigrind !

Notez cet article
close

Oh salut 👋
Je suis ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir du contenu de qualité dans votre boîte de réception, chaque mois.

Ps : Je n'envoie pas de messages indésirables !

Articles Similaires...

2 réflexions au sujet de “4 idées reçues sur le BIM”

Laisser un commentaire