D5 Render : Un Logiciel de Rendu d’architecture Prometteur

Rédigé par Archimède

Un architecte de 27 ans passionné par le graphisme et l’univers du rendu architectural. Amoureux des chats, des livres et de thé au citron. 😙

octobre 21, 2020

Il y a quelques semaines, j’ai fait la découverte d’un nouveau logiciel.

Ce logiciel, c’est D5 Render, de la société D5techs. D5 Render est un logiciel de rendu d’architecture.

Vous le savez sûrement déjà, mais un logiciel de rendu, c’est ce logiciel qui transforme vos modèles 3D tout moches provnenant de Sketchup, Archicad, Revit ou autres, en de superbes images frisant parfois le photoréalisme. Les logiciels les plus poussés dans ce domaine vous permettent même de créer des vidéos d’animation de vos projets d’architecture ou encore de les exporter dans des formats compatibles avec les casques de réalité virtuelle, pour des visites immersives, comme si vous y étiez!

D5 Render s’assoit donc sur la même table que d’autres concurrents plus anciens comme Enscape, Lumion, Twinmotion ou encore Artlantis.

Il a été lancé en Mai 2020 et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est très prometteur !

A l’heure où j’écris cet article il est dans sa version 1.7.0. Je vais vous présenter ce logiciel en 5 points clés, qui vous permettront de saisir l’essence du logiciel et déterminer s’il est fait pour vous ou non.

Commençons par le premier.


D5 Render : Logiciel Standalone


D5 Render est un logiciel standalone.

Ce que j’entends par là, c’est qu’il s’agit d’un logiciel indépendant, qui fonctionne de façon autonome. Il ne vient pas se greffer à votre logiciel comme c’est le cas d’Enscape par exemple.

Pourquoi cette précision est importante ? Parce qu’ainsi, on met déja les éventuels problème de compatibilité avec votre logiciel favori. Du moment que vous pouvez exporter aux formats supportés par D5, vous pourrez faire des rendus de votre projet.

Le logiciel dispose d’un launcher, à partir duquel vous pouvez importer vos projets.

Le Launcher de D5 Render

D5 Render supporte pour le moment les formats .Skp (format de Sketchup) et .FBX (un format universel), formats dont la plupart des logiciels sont capables d’exporter. D5 Render supporte nativement le format Sketchup, vous n’aurez donc pas besoin de convertir le format du modèle. Vous avez juste à sauvegarder votre projet Sketchup et à l’importer, en quelques clics.

Personnellement, Sketchup n’est pas mon logiciel principal, j’utilise Archicad dans sa version 22, qui est capable d’exporter à la fois le format SKP et le format FBX. Je n’ai pas eu de problème à importer un projet dans ces 2 formats.

Dans une publication du 20 Juillet publiée sur leur forum officiel, ils annoncent cependant ceci :

Dans un avenir proche, D5 Render prendra en charge ArchiCAD, Autodesk Revit, C4D, Revit, Rhino, etc. Alors, restez à l'écoute.

C’est de bon augure, on reste donc à l’écoute.

Depuis le launcher, vous pouvez télécharger des scènes de démo superbement réalisées et avec lesquelles je me suis personnellement bien amusé, pour saisir les réelles capacités du soft.


Moteur de Rendu fixe ou animé  ?


Depuis quelques années, la mode est aux moteurs de rendus animés, qui se comportent comme des jeux vidéos.

Cela a commencé par Lumion, puis Twinmotion et plus récemment Enscape.

Quand on y navigue, on a l’impression d’être dans un jeu vidéo, tout est en mouvement : les arbres se meuvent au gré du vent, les personnages possèdent de petites animations prédéfinies, les effets météorologiques (pluie, neige etc) sont perceptibles en temps réel etc…

Ces moteurs de rendu sont généralement très intuitifs et ce qu’on voit sur le viewport,  n’est souvent pas très loin du résultat final que l’on obtient. Le rendu est en quelque sorte une histoire de minutes.

Puis, il y a les moteurs de rendus comme V-Ray, où le viewport est totalement fixe et ou ce qu’on voit dans le viewport est totalement différent du résultat que l’on obtient après avoir calculé le rendu. Le temps de rendu se compte en général en plusieurs heures, selon les projets.

D5 Render est plutôt difficile à caser, car c’est en quelque sorte un entre-deux !

Il possède à la fois des caractéristiques de moteurs de rendu en temps-réel et des moteurs de rendu fixe.

Voici comment se présente le Viewport de D5 Render, sur une scène démo signée Yoga4Arch.

Et voici le même rendu :

On obtient un résultat extrêmement proche du viewport. What You See Is What You Get, comme disent les Américains.

Les modifications sur le projet apparaissent en temps réel : changement de matériaux ou modification des conditions de lumières, sont instantanément mises à jour. On voit les résultats en temps réel.

Cependant, les assets (ressources) ne sont pas animées, comme c’est le cas sur Twinmotion ou Lumion.

Les assets justement parlons-en !


Une bibliothèque de matériaux et objets plutôt riche


Le soucis avec les nouveaux logiciels de rendu comme celui-ci, c’est que la bibliothèque d’objets et de matériaux était plutôt pauvre. Ce fut le cas avec Enscape lors des premiers mois de sa sortie.

Je m’attendais donc à un scénario similaire avec D5 et je suis agréablement surpris par la quantité d’assets disponibles. Je tiens cependant à préciser qu’il s’agit là de la version PRO à 450 Euros et non de l’édition communauté qui elle est gratuite et a un nombre de ressources bien plus limité !

La bibliothèque de matériaux est vaste et va des matériaux de revêtement intérieurs comme extérieurs,

Comme vous pouvez le constater, les matériaux sont classés par catégories. Classique.

Chaque catégorie contient une dizaine d’élements en moyenne que vous pouvez glisser-déposer dans votre scène.

C’est à peu près pareil pour la catégorie des « models » (les objets), on y trouve différentes essences végétales classées par catégories ainsi que d’autres objets du quotidien pour donner vie à votre scène comme des véhicules ou des personnages humains.

On y trouve néanmoins parfois des bizarreries qui se glissent dans certaines catégories.

Par exemple, pourquoi ai-je un brasseur d’air ou un toaster dans la section « cars »?  Mystère ! 😁

Il est important de noter que la plupart des objets sont destinés pour les rendus d’extérieurs.

Pour les rendus d’intérieur, il va falloir passer par l’import d’objets extérieurs.

Au passage, si ça vous intéresse, vous pouvez toujours remplir ce formulaire afin de les guider sur les choix pour l’ajout de nouveaux objets de bibliothèque.


Quelle qualité de rendus?


Il y a pas si longtemps que ça, si on voulait vraiment des rendus de qualité, il fallait se tourner vers des solutions usines à gaz comme V-Ray, dont la qualité des rendus n’a d’égal que sa difficulté d’apprentissage.

Pour arriver à obtenir des rendus s’approchant du photoréalisme avec V-Ray, il fallait passer des dizaines voir des centaines d’heures à se former.

D5Render n’est pas au niveau de V-Ray au niveau de la qualité de ses rendus, mais ils ne boxent pas vraiment dans la même ligue. C’est plutôt avec ses concurrents comme Artlantis, Twinmotion ou encore LumenRT qu’il faut le comparer.

Je n’ai pas encore approfondi le test du logiciel mais de ce que j’ai vu, D5Render a un énorme potentiel pour atteindre des rendus photoréalistes.

Selon moi, on est clairement au dessus de ce qu’on peut  atteindre avec des logiciels comme Artlantis ou LumenRT et frôler parfois le niveau de V-ray, avec de la maitrise et les bons assets.  Lumion, Enscape et Twinmotion peuvent cependant atteindre des niveaux similaires, également avec de la maitrise et de bons assets.

Je vous invite à consulter la galerie des rendus déjà réalisés pour vous en rendre compte :


Une licence à vie


Coté prix, D5Render est l’une des options les plus intéressantes du marché.

A part Twinmotion, je ne connais aucun logiciel qui fait aussi bien à ce niveau là. Déja, D5Render est proposé dans une version gratuite.

Oui, vous pouvez utiliser D5Render gratuitement si vous le voulez.

C’est la « Community Edition » sur laquelle vous retrouverez les fonctions basiques du soft et qui sont un bon point de départ pour le tester.

A part cela, il y a bien sûr la classique version éducation et enfin la version Pro.

Et c’est là ou D5Techs se démarque actuellement de la concurrence en proposant, non pas une souscription annuelle, mais une licence perpétuelle, l’une des moins chères du marché d’ailleurs car elle coûte seulement 480$ soit 405 euros à peu près.

A titre comparaison, Lumion c’est 1499 euros pour la version Standard et 2999 pour la version Pro.

Bref, vous l’avez compris, le prix est très compétitif. Petit tips : il faut en profiter tant que c’est encore le cas. 😉


Les points faibles de D5


Si jusque là je dresse un tableau globalement positif, D5 n’en est pas pour autant un logiciel exempt de défauts. Et j’en ai relevé plusieurs pendant ma semaine d’utilisation.

Déja, il n’est pour le moment compatible qu’avec Windows.

Et même avec Windows, seulement la version Windows 10, à partir de la version v1809 et ultérieure.

Vous ne pourrez pas installer le logiciel sur Windows 7 ou 8. Vous pouvez également mettre une croix dessus si vous êtes sur Mac OS.

Il manque aussi certaines fonctionnalités clés comme une fonction pour faire pousser de l’herbe sur une surface donnée. Sur d’autres logiciels, celà se fait en 2 clics. Sur D5, il faut aller chercher une touffe d’herbe dans la bibliothèque d’assets et la disséminer manuellement tout au au long de la surface désirée.

C’est brouillon, pas intuitif et le résultat est loin d’être fameux.

Un module pour générer des pelouses automatiquement serait le bienvenu.

Aussi pour le moment, la synchronisation live n’est disponible qu’avec Sketchup. ça veut dire que si vous travaillez sur des logiciels comme Archicad ou Revit, après chaque modification, vous devrez manuellement exporter, puis importer à nouveau dans D5Render. Wouf!

Ooooops, ils ont réglé ce problème entre temps ! 😅

Enfin, il n’est pas possible de modifier les raccourcis. Personnellement, j’utilise un clavier Français. Je dois donc me déplacer manuellement dans le viewport avec les touches ZQSD (comme dans un jeu vidéo de type FPS). Sauf que le logiciel étant configuré en anglais, c’est donc avec les touches WASD que je dois me déplacer.

Je suis donc obligé de changer la langue de mon clavier en Anglais pour profiter pleinement du logiciel. Pouvoir changer les raccourcis aurait été beaucoup plus simple.

Il y en a d’autres comme ça sur lesquels je ne vais pas m’épancher mais ils restent des problèmes mineurs.

Je n’ai pas relevé de problème majeur remettant en cause le soft lui même.


Bref, vous l’avez compris, D5 Render est un logiciel intéressant, nouveau et qui profite d’un bon départ. Il est peu couteux avec des qualités de rendu plus qu’intéressantes et celui-ci ne pourra qu’évoluer avec le temps.

Je vous invite à  le tester et de m’en dire ce que vous pensez.

Sur ce, je vous dis à bientôt sur Archigrind!

 

Contenus similaires…

Lumion 11 : Quelles nouveautés ?

Lumion 11 : Quelles nouveautés ?

Lumion 11 est là. La nouvelle version du célèbre logiciel de rendu d'architecture est là. Pour les quelques rares qui...

1 Commentaire

  1. Alex

    Salut tester depuis une petite semaine et vraiment ravi par la qualité des rendus et sa simplicité

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous plaît ?

 

Abonnez-vous à ma newsletter et recevez en bonus un extrait de mon ebook "le guide de l'e-architecte"

Garantie sans spam ! ;)

Merci d'avoir souscrit à ma newsletter !